Passer au contenu

Fil d'ariane

Unité de psychomotricité

Cette unité regroupe la psychomotricité et la locomotion.

Psychomotricité

Femme effectuant des mouvements avec des rubans colorés face à un miroirLe psychomotricien considère l’être humain dans son unité corporelle et psychologique. Il est en mesure de repérer les divers aspects de l’activité et de l’expression du corps (tonus, conscience du corps, équilibre, latéralisation, posture…), en se référant à une connaissance approfondie du développement psychomoteur et de la construction de la personnalité.

Patiente allongée en arrière sur le dos d’un cheval lors d’une séance de psychomotricité avec le chevalUn travail de groupe ou/et individuel est proposé. Il s’élabore autour de la gymnastique douce, la relaxation, la danse, le jogging, l’aquagym, psychomotricité avec le cheval etc. Cela permet à chaque individu d’investir et de vivre son corps d’une façon plus active, mieux ressentie. Il prend ainsi conscience que « voir » ne relève pas exclusivement de l’organe de la vue mais implique tout le corps.

La confiance en soi retrouvée, la notion de plaisir réinvestie, l’être humain peut aborder avec plus de sérénité son quotidien.

La psychomotricité vise également à optimiser les capacités de déplacement des patients par :

  • Le développement et la stimulation des sens compensatoires : audition, olfaction kinesthésie, toucher
  • L’accession à un système de représentation spatiale adapté

Locomotion

Homme descendant un escalier à l'aide d'une canne longueLe but de la locomotion est de se déplacer seul avec aisance et sécurité en sachant s’orienter quel que soit le milieu.

Suite à un entretien et une évaluation dans les déplacements, des objectifs seront fixés avec chaque patient aveugle et malvoyant afin de mieux répondre aux besoins et à la demande.
L’acquisition des techniques de locomotion se fait progressivement d’un milieu familier vers des environnements de plus en plus complexes.
Les premières techniques de déplacement sans aide sont abordées à l’intérieur de l’Institut ARAMAV avant l’utilisation de la canne longue. Après avoir exploré les jardins de l’Institut, l’apprentissage continuera :

  • en milieu intérieur complexe (gare, établissements publics…)
  • en quartier résidentiel
  • en quartier commercial et semi-commercial
  • en zone piétonne

L’utilisation des transports en commun (bus, train) peut parfois être un complément indispensable à l’autonomie du patient.

La personne aveugle est amenée à développer les sens compensatoires (audition, toucher indirect, odorat, sensations kinesthésiques) pour pallier l’absence de vision.

Pour les personnes souhaitant, après leur rééducation, se déplacer avec un chien guide, des apprentissages spécifiques basés sur l’écholocation (perception auditive des masses) seront proposés.

Les personnes malvoyantes utiliseront leur vision fonctionnelle en complément de la canne longue s’il est établi que celle-ci est nécessaire. D’autre part, nous solliciterons également les sens compensatoires afin de développer aisance et sécurité.

L’ARAMAV possède des cartes tactiles et des plans agrandis et contrastés destinés à faciliter le travail de représentation spatiale.

Sécurisation dans les déplacements

Homme muni d’une canne longue marchant sur un trottoir en centre villeCe travail s’effectue avec des instructeurs de locomotion. L’objectif est de pouvoir retrouver une capacité de déplacement en toute sécurité et avec le maximum d’autonomie.

Un patient présentant une basse vision doit observer des règles de sécurité afin de ne pas se mettre en danger, en particulier dans la traversée des carrefours. Si nécessaire, un apprentissage de la canne longue pourra être entrepris avec deux objectifs :

  • Assurer la détection des bords de trottoirs, escaliers, changements de dénivellation
  • Être identifié comme une personne malvoyante

D’autre part, il sera largement fait appel à la prise de repère visuel, ainsi qu’aux sens auditifs permettant de faire une analyse de l’environnement.

L’utilisation d’aides visuelles optiques (choisies avec l’orthoptiste) telles que : le monoculaire et les verres filtrants aideront à s’orienter et rendront plus confortables les déplacements (lecture des noms de rues, signalisation, prix dans les vitrines…).

L’utilisation des transports en commun (bus, train) fera également l’objet d’un travail spécifique.

Il sera aussi fait appel à l’utilisation de plans agrandis contrastés (noir et blanc) pour les aider à s’orienter.

La locomotion s’adresse donc à toute personne venant effectuer un séjour de rééducation à l’ARAMAV. Le but est de leur redonner confiance, aisance et sécurité dans les déplacements.

Nullam elit. Praesent mattis fringilla ut id, justo in