La plate forme de réalité virtuelle

La nouvelle salle expérimentale créée à l’ARAMAV permet de stimuler et de mettre des volontaires dans la situation où se trouveront les premiers patients porteurs d’implant rétinien.

Scène dans la salle de réalité virtuelleMunie d’un casque, la personne évolue dans la salle de réalité virtuelle. Ses évolutions dans l’espace sont suivies par huit caméras.
A l’intérieur du casque le sujet perçoit des images représentant des situations variables de la vie courante (carrefours, lieux publics, guichet de banque…).

Scène dans la salle de réalité virtuelleLes images très simplifiées que procureront ces premiers implants nécessitent en effet d’identifier les principaux éléments environnementaux nécessaires pour les déplacements.

La recherche de ces stimulis pertinents est une étape fondamentale pour le développement de ces projets de vision artificielle.

Scène dans la salle de réalité virtuelleCette salle représente un investissement financier important puisque autant le casque que les caméras correspondent à une technologie peu répandue et très onéreuse.

Cet outil permettra un retour plus efficace à l’autonomie dans la vie quotidienne des personnes aveugles ou malvoyantes. Elles pourront notamment expérimenter plus tôt les déplacements complexes avec un haut niveau de sécurité.

Responsable du projet : Michel Dumas