Passer au contenu

Fil d'ariane

L’ARAMAV a accueilli les 28, 29 et 30 janvier dernier les Journées Annuelles de formation continue des instructeurs de Locomotion.

Plus de 70 professionnels venus de toute la France et de tous types de structures (établissements ou services sanitaires, médico-sociaux et sociaux, écoles de chiens-guides,…) ont répondu présents pour ce rendez-vous annuel. Dix ans après une première édition Nîmoise sous la neige, c’est cette fois une météo très ensoleillée qui a entouré les travaux théoriques et pratiques des instructeurs, accueillis chaleureusement par la direction et l’équipe de l’ARAMAV.

Au travers du thème proposé : « D’autres expériences d’autonomie de déplacement : éclairages pour l’Instructeur de Locomotion », les organisateurs ont souhaité ouvrir un débat sur la place de la locomotion auprès de publics différents ou inattendus. Des expériences et témoignages locaux, nationaux et internationaux sont ainsi venus rappeler que si l’autonomie de déplacement est au cœur du fonctionnement de toute personne, elle peut être atteinte par toutes les déficiences de l’organisme ou de l’environnement. A ce titre, les réponses sensorielles, cognitives, techniques et méthodologiques qu’apporte la réadaptation en locomotion comportent peut-être des élements pertinents face à des difficultés autres que visuelles, tels que les troubles neurologiques, comportementaux ou encore les déficits sensoriels associés,…

Dans tous ces cas, les participants ont pu vérifier qu’ils partageaient avec les intervenants (instructeurs de locomotion, mais aussi éducateurs, médecins, juristes…) une philosophie de l’autonomie et un positionnement éthique et responsable face aux exigences de qualité de vie, de liberté d’aller et venir et de sécurité.

Ces Journées ont également permis un temps d’échange et de pratique entre les professionnels présents, qui ont pu mettre à jour leurs connaissances sur le matériel (outils pédagogiques, cannes…), expérimenter les déplacements dans des lieux phares de la ville de Nîmes, et mieux se connaître pour faire vivre la notion de parcours des personnes en situation de déficience visuelle. Les évolutions technologiques étaient très présentes dans ces échanges , qu’il s’agisse de l’utilisation de la réalité virtuelle en réadapatation ou bien, comme l’a rappelé en introduction le Dr Dupeyron, du rôle que vont avoir à jouer les instructeurs de locomotion auprès des personnes porteuses d’implants rétiniens…

Pour tout renseignement complémentaire sur l’AILDV : aildv

Praesent venenatis ut Curabitur amet, consectetur sit elementum Nullam Phasellus